Le congrès américain va obliger les service secrets à rendre publics tous les dossiers sur les OVNI

Mr Geek
1 janvier 2021
Mr Geek

Donald Trump a signé la semaine dernière un plan de relance de 900 milliards de dollars dont l'objectif est d'aider l'Amérique à se relever de la crise du Covid-19. Une note additionnelle à ce dossier met en demeure les services secrets américains de rendre public sous 180 jours tous les dossiers classifiés concernant les OVNI.

Les USA ratifient un plan de relance COVID à 900 milliards de dollars

Au terme de plusieurs mois de négociation, Démocrates et Républicains ont trouvé un accord autour d'un plan de relance Covid à 900 milliards de dollars, validé par le congrès américain. Donald Trump menaçait toutefois de mettre son véto, en particulier par ce que les aides de 600 $ prévues par américains étaient selon lui 3 fois trop basses.

Sous la pression, il a tout de même validé la semaine dernière ce document de 5000 pages, ce qu'il a aussitôt annoncé en fanfare sur Twitter :

Les services secrets américains ont 180 jours pour rendre public tous leurs dossiers sur les OVNI

On ignore qui a eu le courage de lire l'intégralité de cet énorme document, mais c'est une note complémentaire qui a attiré l'attention de journalistes du New York Post.

Le congrès américain va obliger les service secrets à rendre publics tous les dossiers sur les OVNI

Cette note stipule qu'à compter de la date de signature du document, les services secrets américains et le Pentagone ont 180 jours pour rendre public toutes les information en leur possession sur les OVNI :

(La commission sénatoriale du renseignement) charge le directeur du renseignement national, en consultation avec le secrétaire à la Défense et les chefs de ces autres agences de soumettre un rapport dans les 180 jours suivant la date de promulgation de la loi, aux commissions du renseignement et des services armés du Congrès sur les phénomènes aériens non identifiés.

Le rapport doit traiter des "objets aériens observés qui n'ont pas été identifiés" et doit inclure une "analyse détaillée des données sur les phénomènes non identifiés recueillies par :

  • a. le renseignement géospatial
  • b. le renseignement sur les signaux
  • c. le renseignement humain
  • et d. le renseignement sur les mesures et les signaux

Ce rapport doit également contenir "une analyse détaillée des données du FBI, qui ont été obtenues lors d'enquêtes sur des intrusions de données de phénomènes aériens non identifiés dans l'espace aérien restreint des États-Unis, et une évaluation de la question de savoir si cette activité de phénomènes aériens non identifiés peut être attribuée à un ou plusieurs adversaires étrangers.

Une demande prise très au sérieux par le Pentagone

Le porte-parole du ministère de la défense, Sue Gough, a déclaré au journal The Post :

Nous sommes conscients que le rapport de la commission du Sénat sur le renseignement sur la loi d'autorisation du renseignement pour l'exercice 2021 comprenait l'obligation pour le directeur du renseignement national, en consultation avec le secrétaire à la défense, de soumettre un rapport sur les phénomènes aériens non identifiés (UAP) dans les 180 jours suivant sa promulgation.

Cette demande d'informations complémentaires fait suite à la publication par le Pentagone, en avril 2020 de trois vidéos de la marine montrant des objets non identifiés.

Chris Mellon, ancien sous-secrétaire adjoint à la défense pour le renseignement, a déclaré à The Debrief que :

En supposant que le pouvoir exécutif honore cette importante demande, la nation disposera enfin d'une base objective pour évaluer la validité de la question et ses implications en matière de sécurité nationale. C'est une opportunité extraordinaire et attendue depuis longtemps.

J'espère que la nouvelle administration exécutera rigoureusement ses prérogatives de contrôle car les préoccupations du public et de nombreux militaires américains ont été ignorées par une bureaucratie de sécurité nationale complaisante depuis bien trop longtemps.

Nick Pope, qui dirigeait le "bureau OVNI" du ministère britannique de la défense, a déclaré au Post :

Je me félicite de cette initiative, qui montre à quel point le phénomène est pris au sérieux dans la communauté du renseignement.

Trump n'a jamais démenti formellement l'existence des extra-terrestres

Interrogé l'année dernière au sujet des extra-terrestres, Trump avait botté en touche :

Je ne suis pas croyant, mais vous savez, je suppose que tout est possible.

Finalement la déclaration farfelue de l'ex-chef de la sécurité spatiale israélienne qui affirmait que les extraterrestres existent et que Trump était au courant, n'a plus l'air si débile que ça ...

DOSSIERS