Lundi 23 Octobre 2017

Star Wars : comment le Grand Moff Tarkin a pu être ressuscité

3/01/17
Anthony Brogat
Fiche du film Rogue One: A Star Wars Story
Rogue One: A Star Wars Story
3.5

Sortie : 14/12/2016
Réalisation : Gareth Edwards
Avec : Alan Tudyk, Ben Mendelsohn, Diego Luna, plus
  25 NEWS SUR CE FILM

De tous les clins d’œil de Rogue One aux autres films de la saga, la résurrection du Grand Moff Tarkin était sans doute la plus étonnante. Un bel hommage rendu à Peter Cushing, l’interprète de l’Impérial le plus stoïque de l’Étoile Noire.

Décédé en 1994, ressuscité en 2016

Star Wars : comment le Grand Moff Tarkin a pu être ressuscité

La technologie actuelle permet de véritables prouesses. Comme redonner vie à un acteur décédé depuis plus de 12 ans. Si la création numérique du personnage n’est pas exempte de tout reproche, elle n’en demeure pas moins bluffante et incroyablement précise. Pour faire revenir le Grand Moff Tarkin, il a fallu mélanger plusieurs techniques : performance capture et effets spéciaux numériques.  Un acteur du nom de Guy Henry, présentant une morphologie proche de celle de Peter Cushing a eu l’honneur de servir de « mannequin ». Le visage de Cushing modélisé sur ordinateur a « simplement » été incrusté sur la tête de la doublure. Mais il a également fallu, par souci de réalisme, étudier et reproduire les différents tics de Cushing. Comme l’explique John Knoll, chef de la création chez ILM et superviseur des effets spéciaux :

Quand Peter Cushing fait le son « aah », il ne bouge pas sa lèvre supérieure. Il n’ouvre sa mâchoire qu’à moitié, et ça fait une forme carrée avec sa lèvre inférieure, qui expose ses dents du bas.

Star Wars : comment le Grand Moff Tarkin a pu être ressuscité

Une technique réutilisée pour les prochains épisodes ?

Star Wars : comment le Grand Moff Tarkin a pu être ressuscité

Non, John Knoll ne compte pas recourir à cette technique de façon abusive. D’après ses dires, la résurrection numérique semble assez chronophage :

Du maquillage en version super high-tech et nécessitant beaucoup de main d’oeuvre. Nous transformons l’apparence de l’acteur pour qu’il ressemble à un autre personnage, mais en utilisant la technologie numérique

Et puis pas sûr que les puristes apprécient que l’on joue les marionnettistes avec leurs personnages préférés.  Si certains voit la recréation posthume comme un bel hommage, d’autres y voient clairement un blasphème morbide… Mais alors comment justifier l’absence de personnages aussi importants ?

Noter : Rogue One: A Star Wars Story

Cet article t'a plu ? Suis-nous sur Facebook

  Laisse un commentaire

Publisher Google+