Hibernation : Première biostase réussie sur des humains

Anthony
21 novembre 2019
Anthony Brogat

Ils l’ont fait : des médecins de l’Université de Maryland ont placé des humains en hibernation ! La technique baptisée biostase ou encore « arrêt réversible de la vie » (on va rester sur biostase donc) pourrait sauver des vies notamment pour des cas d’urgence absolue.

A ne pas confondre avec la cryostase !

Hibernation : Première biostase réussie sur des humains

La technique de la biostase est simple. On se demande même pourquoi on y avait pas pensé plus tôt. Un corps est refroidi à 10-15° et le sang est progressivement remplacé par une solution saline glacée. Le patient voit alors son activité cérébrale ralentie, presque arrêtée. Les chirurgiens peuvent alors pratiquer une intervention pendant plusieurs heures et ce même si la personne était en arrêt cardiaque au début de l’opération.
En état biostase, la baisse de température corporelle et de l’activité cérébrale réduisent le besoin en oxygène des cellules. A une température de 37°, le manque d’oxygène serait fatal pour le cerveau au bout de 5 minutes.

10 cobayes placés en biostase (et ramenés à la vie)

Hibernation : Première biostase réussie sur des humains #2

La Food and Drug Administration des États-Unis a donné son feu vert aux équipes de médecins de l’ Université de Maryland pour tester la biostase sur 10 patients. Pour le moment, on sait juste que les cobayes ont survécu (ce qui est déjà bien).  Le chercheur en charge de l’expérience n’en pas encore dévoilé tous les résultats. Il faudra attendre 2020 pour cela.

Les voyages sur Jupiter, ce n’est pas pour tout de suite. En revanche, à moyen terme, la technique de l’animation suspendue (également moins cool que biostase) devrait permettre aux chirurgiens de bénéficier d’un gain de temps supplémentaire très précieux pour sauver des vies.

Anthony
Anthony  1858 articles
  Afficher les commentaires
Avatar

  • 1
    Avatar Fabien
    Fabien Il y a 1 semaine

    Depuis pas mal de temps, certaines opérations à cœur ouvert nécessitant une CEC (circulation extra corporelle) se font en abaissant la température du patient à 18°C pendant 1 heure. Notamment quand il s’agit d’intervenir sur la crosse aortique. Dans ces conditions, l’ECG et l’EEG sont plats et les cœur, poumons et circulation sanguine sont arrêtées. Le patient est quasi mort cliniquement avant d’être réchauffé et ranimé. Ainsi même s’il est impressionnant, le procédé décrit ici est une belle évolution d’un concept déjà bien éprouvé, pas une méga invention, à mon sens.