Un drone tueur autonome attaque une cible humaine sans en avoir eu l'ordre

31 mai 2021
Antho

Un récent rapport des Nations Unies fait état d'une attaque de drone autonome et non programmée contre des cibles humaines en Lybie. L'appareil complètement automatisé (et néanmoins contrôlable à tout moment par un opérateur au sol) aurait traqué et engagé un groupe de soldats sans en avoir reçu l'ordre.

Quand un drone tueur perd la boussole

Un drone tueur autonome attaque une cible humaine sans en avoir eu l'ordre

Que s'est-il passé dans les circuits de la machine ? Serait-ce finalement une erreur humaine ? Le rapport précise juste que le 20 mars 2020, les forces d'Haftar auraient été prises pour cibles "traquées et engagées à distance" par un drone tueur fonctionnant en parfaite autonomie.

Pour ajouter à l'horreur de cette accident dont on ignore encore le bilan humain le drone a eu recours à une technique d'attaque particulièrement effrayante. Une fois la cible acquise, le drone fonce sur celle-ci puis explose à quelques mètres pour libérer des éclats de shrapnel dans la zone autour de l'explosion. La détonation n'est à première vue pas très impressionnante (du moins en vidéo) mais les dégâts sur les cibles ne laissent aucun doute quant à l'efficacité de l'arme.

Pour vous faire un avis de la rapidité et de la puissance de cette mine volante de la mort :

Le Kargu-2, une grenade volante autonome

Un drone tueur autonome attaque une cible humaine sans en avoir eu l'ordre #2

Telle une mine anti-personnel aérienne, le Kargu-2 est pourvu d'une charge explosive qui se déclenche juste avant d'atteindre la cible, afin de maximiser la zone de dégâts. Son concepteur STM qualifie son produit de « système d’arme autonome létal », une jolie façon de qualifier une bombe volante pouvant potentiellement devenir folle et perpétrer un massacre sur un bug inopportun.

S'il s'avère que le Kargu-2 responsable de l'attaque a effectivement fait des blessés ou pire, il s'agirait des premières victimes connues d'un drone autonome.

Mais que se passe t-il dans la tête des ingénieurs et scientifiques qui œuvrent sur ces machines kamikazes ? En 2019, un octocoptère avait même été transformé en cloueuse volante autonome. L'idée était d'en faire une aide pour les ouvriers du bâtiments d'accord, mais sérieusement, les risques quoi ?

A quand une nouvelle Convention d’Ottawa pour les drones autonomes ?