Dimanche 20 Août 2017

Spider-Man Homecoming : Interview de Tom Holland, Zendaya et Jon Watts

Louis Eustache
29/06/17
Louis Eustache

Après Kevin Feige, le big boss de Marvel Studios, c’est au tour du reste de l’équipe de Spider-Man Homecoming de s’installer sur le canapé en face de nous.

Spider-Man Homecoming : Interview de Tom Holland, Zendaya et Jon Watts

Tom Holland se signale d’emblée comme le plus fougueux et spontané de la bande, interrompant à plusieurs reprises les journalistes présents pour les congratuler sur les vêtements et tatouages trouvant grâce à ses yeux [ndlr : il a aussi tendance à se montrer trop bavard pendant certaines interviews]

Zendaya, elle, opte pour la discrétion et intervient avec parcimonie. Cela ne l’empêche pas de rire à gorge déployée des bons mots du blondinet. Il a quand-même fallu insister un peu pour qu’elle daigne rejoindre ses compères pour la photo souvenir. Fort heureusement, notre intervention salvatrice: « Come on, you’re part of the movie too » aura eu raison de sa timidité. Au milieu de ces deux extrêmes, la présence du plus mesuré réalisateur Jon Watts semble alors indispensable.

Spider-Man Homecoming : Interview de Tom Holland, Zendaya et Jon Watts

A l’heure où nous posons nos questions, nous avons vu 12 minutes du film sous surveillance rapprochée, avec interdiction totale d’en parler avant aujourd’hui 29 juin, date de la sortie américaine.

Le cercle d’amis de Tom Holland est-il resté intact ?
On imagine qu’après la sortie du film, des lointaines connaissances sans arrière-pensées vont soudainement resurgir pour « prendre des nouvelles »

Tom Holland : J’ai eu la chance de pouvoir profiter pleinement de mon adolescence, dans des circonstances particulières certes mais avec des amis qui le resteront toujours.
J’ai aussi rencontré des personnes sympas et créatives dans le milieu du cinéma. Je suis dans mon élément, j’exerce le métier dont je rêvais, je ne changerais ça pour rien au monde.

Sur le tournage, Tom s’est senti comme à Disneyland
Tel un Ronaldinho au salon des passements de jambes

Tom : C’était Disneyland jusqu’à ce que je galère à enfiler mon costume (rires).
Le film est un peu le reflet de ma vie, celle d’un gamin ordinaire de Kingston à l’existence normale qui tombe soudainement nez à nez avec cet univers.
Ma vie n’est pas aussi dingue que celle de Peter Parker mais je suis vraiment passionné par tout ce qui m’arrive et je crois que Jon, Zendaya et moi-même sommes tous très fiers de ce film.

Michelle, ce personnage étrange toujours le nez dans ses bouquins dans lequel Zendaya se reconnaît
« Une lecture m’émeut plus qu’un malheur réel » disait Flaubert avec froideur

Spider-Man Homecoming : Interview de Tom Holland, Zendaya et Jon Watts

Zendaya : Mon personnage Michelle est une véritable féministe. Elle est souvent en arrière-plan, mais à chaque fois qu’elle parle, c’est pour dire quelque chose de fort.
Si elle apparaît comme étrange aux yeux des autres, c’est sûrement parce qu’elle est quelque part trop intelligente pour le commun des mortels, ce qui l’empêche de mener une vie sociale ordinaire.
Elle adorerait au fond d’elle même être amie avec Peter et Ned, mais elle ne sait pas comment s’y prendre. A chaque fois qu’elle essaie de dire ce qu’elle pense, ses interlocuteurs ne la comprennent pas car la forme est déroutante.

Tom : C’est vraiment une attraction

Zendaya : Je me souviens de la première réunion avec Jon, il m’a vraiment expliqué en profondeur qui était mon personnage à l’aide de références précises.
Chaque livre, chaque poème, chaque auteur qu’elle lit et chaque t-shirt qu’elle porte : rien n’est laissé au hasard, tous ses faits et gestes ont un sens et sont reliés à l’intrigue.

L’hommage de Jon Watts au « Breakfast Club » de John Hugues
On en profite pour s’indigner auprès de vous lecteurs de l’indifférence générale du milieu du cinoche à l’égard de Stanley Tong, à qui on doit tout de même les inoubliables « Jackie Chan dans le Bronx » et « Le Flic de Shangaï »

Spider-Man Homecoming : Interview de Tom Holland, Zendaya et Jon Watts

Jon Watts : John Hugues est un exemple, j’aime la façon dont il traite avec sérieux les personnages d’adolescents. Il y a une honnêteté dans leurs rapports aux autres, dans la façon dont ils s’expriment, et je voulais depuis longtemps faire un film sur ce rite de passage. J’ai voulu transposer cette forme d’honnêteté dans Spider-Man. J’espère que ça résonnera de la même façon auprès des jeunes générations.

Jon et Tom se sont naturellement démarqués de leurs prédécesseurs
et on espère que vous aussi, avec votre nouvelle conquête

Jon : L’univers de notre version est différent parce que les super-héros y existent déjà. Le point de vue lui-même est totalement différent puisque la perspective est celle d’un gamin de 15 ans, c’est un changement fondamental. Personnellement, je voulais aussi rendre l’histoire un peu plus dingue, plus drôle. Tom joue très bien les gamins de 15 ans et je voulais transposer l’excitation, l’enthousiasme d’un ado, la façon dont il affronte le monde, mais aussi ses peurs et les erreurs qu’il peut commettre dans son parcours.

Tom : Bien avant que je mette les pieds sur le tournage, la différence était déjà établie puisque ce Spider-Man-là est plus jeune. Il y a déjà eu le milliardaire, le scientifique et le soldat et maintenant, on découvre un jeune de 15 ans avec ces super-pouvoirs. Pour la première fois, Spider-Man possède un objectif clairement défini : il veut devenir un Avengers. J’ai adoré incarner ce personnage et j’ai hâte que les fans le découvrent aussi.

Peter Parker, pas encore les épaules d’un père de famille ?
Conduire une Renault Espace, déménager en Bretagne parce que « la ville, c’est irrespirable », gâcher tout son dimanche à Ikea : visiblement pas la vie que Spider-Man avait prévu de mener

Spider-Man Homecoming : Interview de Tom Holland, Zendaya et Jon Watts

Tom : Moi, me marier, ou Peter ? De qui on parle là ? (rires)

Jon : Dans les précédents Spider-Man, on aperçoit seulement quelques minutes de la vie de Peter à l’école. Dans les Comics, en revanche, on prend vraiment le temps de développer sa personnalité et c’est ça qui m’intéressait : le voir grandir, lui laisser le temps de commettre des erreurs.

Tom : L’adolescence, la transition vers l’âge adulte est la période la plus intéressante de la vie. C’est passionnant de voir comment un gamin de 15 ans gère toutes ces responsabilités.

Tom Holland détient un record dans le Guinness Book
Qui n’est pas celui des bavardages pendant les speechs de la traductrice

Spider-Man Homecoming : Interview de Tom Holland, Zendaya et Jon Watts

Tom : J’ai découvert l’autre jour dans le Livre Guinness des Records que j’étais le plus jeune de tous les super-héros de l’univers Marvel.

Jon : C’est un record ça ? (rires) [Tom hoche la tête] Ah très bien, bravo !

Tom : C’est un honneur et un privilège pour un fan comme moi. Je me souviens être allé voir Iron Man au cinéma, et maintenant, le fait que je puisse appeler Iron Man un copain voire un collègue est absolument dingue. Il y a un vrai échange entre les acteurs et Jon, qui nous laisse injecter de nouvelles idées. Je pense même que j’en abuse parfois, je dois l’embêter un peu (rires). On voit bien qu’aujourd’hui, tous les jeunes se filment sans arrêt, moi inclus. Spider-Man est bien entré dans une ère moderne. C’est aussi devenu un personnage marrant, car effectivement, je suis très drôle !

Jon : Il y a de bons scénaristes…

Tom : C’est vrai, merci Jon !

Merci à tous les trois pour cette interview, et rendez-vous le 12 Juillet dans les salles obscures !

DOSSIERS

zendaya

zendaya et tom holland

zendaya spiderman tom halland

Cet article t'a plu ? Suis-nous sur Facebook

  Laisse un commentaire

Publisher Google+