Critique X-Men Dark Phoenix : la presse descend le film en flammes

L’accouchement de X-Men Dark Phoenix s’est fait dans la douleur : le film qui clôt pour la deuxième fois la saga X-Men au cinéma sort en effet aujourd’hui après de nombreux reshoots et 4 mois en retard.
Les premiers avis de la presse viennent de tomber, alors fiasco total ou réussite inattendue ? Comme on le craignait, le film n’a pas vraiment emballé les critiques.

Critique X-Men Dark Phoenix : la presse descend le film en flammes

Critique X-Men Dark Phoenix par Les Toiles Héroïques

Chez Les Toiles Héroïques, le film sonne comme une oeuvre inachevée et surtout inutile :

Aucun sentiment de conclusion véritable. La fin est déjà vue et revue. C’est extrêmement décevant pour une franchise que l’on a aimé pendant près de deux décennies. Pire, elle entre presque en contradiction avec X-Men : Days of Future Past. Comme s’il manquait une pièce au puzzle.
Ce serait pardonnable si le film n’avait pas connu d’importants reshoots après le rachat de 21st Century Fox. Bref, les Enfants de l’Atome ne méritaient pas une telle conclusion. X-Men : Dark Phoenix n’est même pas raté, le film a ses bons moments. Mais il est juste… vain.

Critique X-Men Dark Phoenix par Comics Blog

La rédaction de Comics Blog a trouvé le film terriblement … moyen :

Le film de Brett Ratner avait plus à offrir que cette nouvelle aventure, très peu fournie. Celle-ci, tout de même plus sobre, respectueuse de ses prédécesseurs et moins vulgaire que son homologue de la précédente trilogie (ou tétralogie), passe malheureusement pour l’aventure de trop après Apocalypse et une saga qui, n’ayant plus rien à dire, recycle ses qualités en répétant ses défauts.
Le bilan est très moyen, et on regrette de devoir se passer de l’esthétique ou du propos des anciens films X-Men à l’avenir, plus riches politiquement, visuellement et à l’ambiance plus sombre que les productions Marvel Studios.

Critique X-Men Dark Phoenix par Ecran Large

A la rédaction d’Ecran Large, c’est la grosse déception :

X-Men : L’Affrontement final avait beau être truffé de problèmes, et souffrir lui aussi de problèmes de production (elle avait été lancée à la hâte pour tenir une date de sortie), il avait au moins la décence d’offrir un semblant d’émotion, entre Jean et Wolverine, et également du côté de Charles Xavier.
Dark Phoenix échoue lamentablement à ce niveau comme à tous les autres, et occupe l’écran avec de bons acteurs et du mauvais cinéma hollywoodien pendant moins de deux heures. L’ultime image, d’une candeur tellement ridicule qu’elle donne envie de rire, achève l’entreprise comme un triste point final à l’ère X-Men chez la Fox.

Critique X-Men Dark Phoenix par Le Journal du Geek

Au Journal du Geek on sent une pointe de déception, même si le film remplit certaines de ses promesses :

Toutes les bonnes intentions du monde n’ont pas suffi à rendre Dark Phoenix mémorable. Les problèmes lors de la production ont eu raison du film qui souffre de sa forme hybride. Cette conclusion improvisée, de l’univers débuté en 2000, ne restera pas dans les annales et c’est dommage.
Sur le long-métrage plane encore l’ombre du chaotique Apocalypse. Les fans de l’univers en auront quand même pour leur compte et sauront apprécier cette revisite du personnage le plus puissant de la saga.

Critique X-Men Dark Phoenix par Mondociné

Chez Mondociné on reproche au film son coté blockbuster pré-formaté, qui s’il fait le job n’est pas non plus à la hauteur de la saga :

On a constamment l’impression que le film va « à l’essentiel » et que son écriture se limite à la simplicité de grandes lignes sous-exploitées. Mais globalement et sans faire d’étincelles,  Dark Phoenix assure le minimum syndical, un nœud dramatique tenant une distraction bien foutue et efficace à défaut d’être surprenante.
C’est d’ailleurs l’autre reproche que l’on pourra formuler à l’encontre du film, son manque d’idées qui l’amène à doucement glisser vers les pentes du passe-plat aux ambitions flétries. Mais quelques scènes saisissantes (dont une intro formidable) et un rythme sans temps morts compensent les évidentes faiblesses d’un chapitre de conclusion pas forcément à la hauteur de l’événement mais regardable.

Critique X-Men Dark Phoenix par Cloneweb

Chez Cloneweb le film ne brille pas vraiment, mais reste tout de même une conclusion honorable de la saga :

Si vous ne vibrerez plus sur la musique de la saga, X-Men Dark Phoenix vous proposera de renouer avec l’intime et l’humanité qui l’ont caractérisé une dernière fois.
Sans la puissance démentielle d’un X-Men 2, le spectaculaire d’un Days of Future Past ou la malice d’un First Class, mais avec suffisamment de sérieux et d’honnêteté envers son histoire, sans rien à vendre derrière si ce n’est le film devant lequel vous êtes, espérant juste vous impliquer émotionnellement une ultime fois dans cet univers génial trop souvent malmené, et son casting fortement attachant.
Au final, tant pis si le phénix n’a pas achevé son ultime résurrection. Son cœur battant possède encore quelques beaux restes pour la fin.

Critique X-Men Dark Phoenix par Tom’s Guide

A la rédac de Tom’s Guide on s’est terriblement ennuyé pendant la projection :

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le réalisateur Simon Kinberg aime les effets spéciaux et nous en offre pour notre argent. […]
L’histoire de Dark Phoenix reprend donc en partie celle de L’Affrontement final, en modifiant au passage plusieurs éléments […] Le résultat est finalement sans grande saveur et distille quand même une bonne grosse odeur de déjà-vu. Le plus gênant, c’est que le film s’écarte surtout de son modèle, la série de comics de 1980, et qu’il perd totalement les différents messages insufflés par Chris Claremont et John Byrne.
Le film se veut beaucoup plus intimiste et se focalise sur le personnage de Jean Grey, mais ne lorgne jamais du côté de l’introspectif. En conséquence, on se perd rapidement dans un mélodrame dont on ne parvient pas vraiment à appréhender les tenants et les aboutissants. C’est finalement long et ennuyeux et on se prendrait presque à regretter L’Affrontement final.

Critique X-Men Dark Phoenix par Libération

Les journalistes de Libération ont trouvé le film ennuyeux mais ne manquant pas de panache :

Les habitués de la saga seront sans doute beaucoup à bâiller mais, pour un ultime épisode de la saga X-Men avant la transsubstantiation de ses personnages par Disney, cet auto-anéantissement presque accompli a quelque chose d’assez réjouissant… Jusqu’à ce que le phénix renaisse de ses cendres – ça aussi, c’est inévitable -, cette apocalypse-là a du cœur, et de la gueule.

Critique X-Men Dark Phoenix par Paris Match

Les journalistes de Paris Match ont clairement été emballés par le film :

La saga « X-Men » tire sa révérence avec panache, « Dark Phœnix » s’éloignant du commun des films de super-héros actuels pour peindre une fresque sombre et désabusée sur l’effondrement d’un mythe.
Simon Kinberg (scénariste attitré de la franchise) brouille les cartes entre bien et mal dans un film qui préfère la réflexion à la surenchère. Le casting haut de gamme (Jessica Chastain, Michael Fassbender…) ne fait qu’amplifier la grande qualité de l’ensemble.

Critique X-Men Dark Phoenix par Le Figaro

A la rédaction du Figaro, on s’attendait à un tel échec que finalement le film a été une excellente surprise :

Ô surprise, le film de Simon Kinberg est réussi. L’intrigue reprend un des grands épisodes dramatiques des X-Men, celui où Jean Grey, frappée par une mystérieuse force cosmique, se retourne contre ses anciens amis les mutants, incapable de dominer la puissance qu’elle a acquise, devenue en quelque sorte schizophrène.
Le film est sombre. La musique de Hans Zimmer est exceptionnelle. L’atmosphère réaliste, rugueuse, presque naturaliste est renforcée par l’emploi d’une caméra à l’épaule. Et Sophie Turner, échappée de Game of Thrones, livre une prestation sensible et incarnée.
Avouons-le, ce douzième X-Men pourrait faire de l’œil à Logan…

Critique X-Men Dark Phoenix par Première

A la rédaction de Première, les impressions sont mitigées, même si le film est moins mauvais que les journalistes ne le craignaient :

À l’exception d’une séquence […] le film est paresseux et ne se hisse jamais à la hauteur de son sujet épique. Et, bien que situé en 1992, il ne se rattache jamais à notre monde réel. Ce n’est pas un point de détail : les films précédents de la X-franchise ont toujours su (à l’exception de L’Affrontement final, justement) utiliser notre histoire – celle de la Seconde Guerre mondiale en particulier – pour fonder leur mythologie mutante. Rien de tel ici.
Juste un casting un peu fatigué : heureusement que Sophie Turner et Jessica Chastain mettent un peu plus de conviction dans leur jeu, car Jennifer Lawrence, Michael Fassbender et James McAvoy ont l’air d’attendre la fin de leur contrat avec impatience. Nous aussi.

Critique X-Men Dark Phoenix par Le Parisien

Pour la rédaction du Parisien, le reboot/remake apporte beaucoup de confusion, mais est rattrapé par une belle scène d’action et l’interprétation de Jessica Chastain :

Ce nouvel opus risque de troubler ceux qui ne suivent pas scrupuleusement les aventures de la bande de mutants du professeur X. A force de nouvelles versions successives, on n’y comprend plus rien.
Restent des scènes d’action spectaculaires, notamment une incroyable attaque de train.
Il faut surtout voir le film pour l’étonnante méchante, campée avec un charme étrange par Jessica Chastain.

Critique X-Men Dark Phoenix par RTL

A la rédaction de RTL on a trouvé le film moyen mais pas si décevant que ça au final :

Au final, nous avons un film finalement très humain car centré sur les relations entre les personnages et les émotions de Jean Grey. Un film supérieur à X-Men : Apocalypse mais qui reste encore très loin de la franche réussite qu’était  X-Men : Le Commencement avec son ambiance vintage, son intrigue géopolitique et sa galerie de mutants.
Dark Phoenix est plus intimiste et demeure malgré tout une bonne conclusion pour la saga X-Men avant de passer sous la très efficace moulinette de Disney.

Critique X-Men Dark Phoenix par Le Monde

Pour les journalistes de Le Monde, le blockbuster fait le job, sans briller ni être une catastrophe non plus :

En dépit de ce scénario balisé et simpliste, le film assure son contingent de scènes spectaculaires et vaut malgré tout pour ses poussées d’illusionnisme forain. Les affrontements entre mutants sont toujours décrits comme des démonstrations de puissance, mais surtout comme la mobilisation d’un univers matériel inanimé, où tout est susceptible d’être subverti en arme.

Avis X-Men Dark Phoenix

En résumé, si les reshoots semblent avoir sauvé le film de la catastrophe, ni la presse spécialisée, ni la presse généraliste n’ont été emballées par cet ultime film X-Men estampillé 20th Century Fox.
Tous s’accordent à dire que le film est regardable et comporte quelques belles scènes d’action, mais qu’il ne rend pas hommage au mythique story arc Dark Phoenix.

Critique X-Men Dark Phoenix : la presse descend le film en flammes #2

On est un peu tristes que la saga qui a relancé tout le genre super-héroïques au cinéma dans les années 2000, et permis à Marvel d’échapper a la faillite, se termine ainsi. Espérons que c’est pour mieux renaître de ses cendres dans le giron de Disney

Votre avis sur le film X-Men Dark Phoenix

Fiche du film X-Men : Dark Phoenix
X-Men : Dark Phoenix
3

Sortie : 05/06/2019
Réalisation : Simon Kinberg
Avec : Alexandra Shipp, Evan Peters, James McAvoy, plus
Mr Geek
Mr Geek  177 articles
  Laisse un commentaire
Avatar