in , ,

Parler, le réseau social des pro-Trump mis hors ligne par Amazon

Parler, c’est (ou plutôt c’était) le nouveau réseau social entre Twitter et Facebook très prisé par les conservateurs américains. Les « pro-Trump » voyaient dans ce site web sans censure un refuge où exprimer librement leurs « idées », leurs folles théories du complot et surtout leur violence.

Le site a été mis hors ligne ce lundi 11 janvier en raison de son incapacité (ou son absence de volonté) de modérer les messages incitant à la haine et à la violence.

Si Parler était un lieu, ce serait le Mordor. Pour vous en convaincre, voici ce qu’on obtient quand on incline le logo du site de 90°. Coïncidence ?

Parler, le réseau social des pro-Trump mis hors ligne par Amazon #2

Parler s’est tu

Parler, le réseau social des pro-Trump mis hors ligne par Amazon #3

Comme le rapporte Down For Everyone Or Just Me, Parler a été mis hors ligne à minuit et ses propriétaires ne semblent pas avoir trouvé de nouvel hébergeur pour le moment.

Google l’a d’abord retiré de son App Store vendredi et Apple a fait de même le lendemain.

Le surlendemain, Amazon décidait de couper l’accès du réseau social à ses serveurs. Trop c’est trop !

Le site qui est connu pour être un repère notoire des parias de Twitter a récemment connu un rebond de popularité après l’attaque du Capitole qui a eu lieu mercredi dernier et la censure de Trump qui s’en est suivie.

Les messages de soutien envers cette action d’une grande violence et les appels à de nouvelles manifestations ont forcé les GAFA à réagir.

La décision d’Amazon de débrancher Parler a même été justifiée par le géant du web à grand renfort de captures d’écran montrant des appels au meurtre répétés passés sur le site. Des messages d’une rare violence appelant à l’assassinat de personnalités de gauche ou bien d’activistes du mouvement Black Lives Matter…

De son côté John Matze se dit victime d’une « attaque coordonnée » des géants du Web afin de « tuer la concurrence » et estime que la mesure n’est qu’un moyen comme un autre de « supprimer la liberté de parole sur Internet ».

Il affirme que le site sera de nouveau disponible dans une semaine sur un nouvel hébergeur.

Vous regrettez un peu 2020 maintenant non ?

Antho

Anthony est un rédacteur web passionné de cinéma et de high-tech.

WhatsApp : votre compte sera désactivé si vous refusez le partage de données avec Facebook

ToonMe : devenez un personnage Pixar en un clic