in

Des scientifiques ont trouvé une molécule sur une exoplanète qui pourrait prouver l’existence d’une vie extraterrestre

saturn, space, lunar surface

Grâce au télescope James-Webb la NASA a découvert dans l’atmosphère de l’exoplanète K2-18 b, une molécule produite uniquement par les êtres vivants. Cette découverte pourrait constituer la preuve d’une vie ailleurs que sur Terre, ou du moins la preuve qu’il y ait eu une vie autre part dans l’univers.

L’exoplanète K2-18 b a un environnement propice pour accueillir la vie

Le télescope James-Webb n’a pas fini de nous surprendre, après avoir photographié les piliers de la création l’année dernière, cette fois-ci les chercheurs de la NASA ont découvert via ce télescope une molécule qui pourrait indiquer une vie extraterrestre. La NASA a partagé sa découverte le 11 septembre dernier dans un article sur son site.

Des scientifiques ont trouvé une molécule sur une exoplanète qui pourrait prouver l’existence d’une vie extraterrestre

La molécule en question se trouve sur l’exoplanète K2-18 b, huit fois plus grande que la Terre, située à 124 années lumières de la Terre, dans la constellation du lion. Dans l’atmosphère de cette planète, le télescope James-Webb a trouvé du sulfure de diméthyle, qui n’est produite que par des êtres vivants, du moins sur la Terre.

Pour renforcer l’hypothèse qu’il y ait pu avoir la vie sur K2-18 b, la NASA a également découvert du méthane ainsi que du carbone, ce qui laisse penser qu’il puisse y avoir un océan.

L’abondance du méthane et du dioxyde de carbone, ainsi que l’absence d’ammoniac, soutiennent l’hypothèse de l’existence d’un océan d’eau sous une atmosphère riche en hydrogène dans K2-18 b.

D’après la Nasa, une planète hycéan, c’est-à-dire riche en hydrogène et en océan comme K2-18 b, est très propice à accueillir la vie, il y a donc des chances pour que sulfure de diméthyle trouvé dans l’atmosphère de la planète provienne d’extraterrestre.

Des scientifiques ont trouvé une molécule sur une exoplanète qui pourrait prouver l’existence d’une vie extraterrestre #2

Les scientifiques sont encore sceptiques sur la découverte de sulfure de diméthyle sur K2-18 b

Avant de crier sur tous les toits que l’on a enfin prouvé l’existence d’une vie autre que sur Terre, il faut nuancer cette découverte, précise Nikku Madhusudhan, professeur d’astrophysique à Cambridge dans le communiqué de la Nasa.

Ces résultats sont le fruit de seulement deux observations de K2-18 b, et de nombreuses autres sont en cours.

Il faudra donc attendre plus d’observations d’organismes tiers et que les résultats de la NASA soient accessibles au public pour que les scientifiques valident ou non la possibilité de la vie sur cette exoplanète. Malgré tout, cela reste très encourageant dans la recherche de formes de vie dans l’espace, s’il y en a réellement une sur cette planète, c’est peut-être elle qui sera la première à répondre aux messages envoyés par la NASA dans l’espace.

Alexandre Boyer

Etudiant en Master journalisme en spécialisation télé radio, je suis fan de jeux vidéos, de mangas et de pop culture de manière générale.

browser, web, www

Firefox lance une pétition contre une loi visant à censurer le web

Une start-up autrichienne crée un pavé de saumon… sans saumon