Cette imprimante 3D a permis de construire un bâtiment complet en 10 jours

Eliran
28 octobre 2020
Eliran

A Harfleur les traditionnels maçons ont été remplacés par un robot : un bâtiment est depuis quelques jours en train d’être érigé par une imprimante 3D. Ce sera le troisième bâtiment de ce type à être imprimé par un robot en France par Bouygues Bâtiments Grand Ouest.

Construire une loge en seulement 10 jours grâce à une imprimante 3D

Placé sous un chapiteau, un robot imprime depuis quelques jours un bâtiment en 3D situé à Harfleur. Baptisée « La Fleur », cette loge de gardien offrira une surface de 29m² et permettra d’accueillir les locataires du bailleur social.

Grace au robot de CyBe (la start-up néerlandaise qui a mis au point cette méthode), la vitesse de fabrication de ce bâtiment est très supérieure à celui d’une imprimante 3D classique : les murs sont réalisés en neuf pièces majeures verticales indépendantes et l’automate imprime ensuite directement les parois en bétons en différentes couches successives. Révolutionnaire non ?

Cette imprimante 3D a permis de construire un bâtiment complet en 10 jours

Ce sera la 3ème fois que Bouygues Bâtiments utilise ce procédé après notamment l’impression d’une maison complète en septembre 2017 pour Nantes Métropole Habitat.

Les imprimante 3D permettent de créer des formes de bâtiment plus complexes

On peut légitimement se demander pourquoi il a été fait appel ici à une imprimante 3D en lieu et place des méthodes de construction traditionnelles.

Bruno Linéatte, le directeur R&D Bouygues Construction, a expliqué que ce choix avait été fait pour répondre à des exigences toutes particulières :

L’impression 3D permet de créer simplement les formes les plus complexes. Ce robot a été mis au point parce qu’il réalise une construction très compliquée, à grande vitesse.

Quand vous regardez cette sphère, rien n’est droit. Seule une machine peut réaliser une telle construction architecturale en si peu de temps.

Cette imprimante 3D a permis de construire un bâtiment complet en 10 jours #2

Cette nouvelle méthode de construction permet donc de gagner du temps sur certains chantiers, et elle  contribue donc aussi à réduire la pénibilité des métiers de la construction et à améliorer la sécurité sur ces chantiers.

Vers un remplacement des ouvriers du bâtiment par des machines ?

On est encore très loin du remplacement des hommes et des femmes par des robots, et un tel procédé nécessitera toujours de la main d’œuvre, même si elle est ici un peu différente.

Néanmoins Bruno Linéatte prévient que ces technologies n’ont pas pour vocation à se substituer totalement aux pratiques d’aujourd’hui :

Il ne sera pas possible demain de construire un immeuble entier grâce à ce robot.

Pour prendre un exemple, dans le secteur automobile, Renault est très fort pour fabriquer des pièces très complexes à l’aide de l’impression 3D, mais il n’est pas encore capable de concevoir ainsi une voiture.

Dit autrement c’est un peu comme si on se demandait si l’arrivée de l’imprimante laser couleur avait mis en danger les designer les peintres et les photographes : ce n’est bien évidemment pas le cas. Une imprimante n’est qu’un outil de plus, qui va clairement à terme de réduire le nombre d’ouvriers sur certains chantiers, mais qui nécessitera toujours plusieurs types d’interventions humaines.

La construction de bâtiments avec une imprimante 3D permet de réduire les déchets

Le directeur R&D Bouygues Construction a également indiqué que l’utilisation de ce procédé avait permis d’inscrire ce projet de construction dans un vaste programme de réhabilitation de la résidence conçue dans les années 70. Sans cet outil, une telle réhabilitation n’aurait sans doute pas pu voir le jour pour d’évidentes raisons économiques et pratiques.

Un autre atout de cette imprimante 3D est qu’elle permet de consommer uniquement la matière nécessaire à la construction d’un bâtiment en réduisant la quantité de déchets produits quasiment à zéro.

Lors de la construction d’un bâtiment avec les méthodes classique, les déchets représentent jusqu’à 8% des matériaux consommés soit 3,5 % du chiffre d’affaires de l’industrie du BTP. Le passage à l’imprimante 3D permet donc de réduire l’impact environnemental de la construction ainsi que son cout, et ça c’est aussi quelque-chose qui compte.

  Laisser un commentaire
Avatar