Critique The house that Jack built : on a vu le film d'horreur qui a scandalisé Cannes

Antoine
21/05/18
Antoine Rousseau

Le Festival de Cannes édition 2018, c’est fini !
Le jury présidé par Cate Blanchett a rendu hier soir son palmarès lors d’une cérémonie de clôture qui aura marqué les esprits notamment après un discours électrochoc de l’actrice Asia Argento. Cette dernière a ouvertement dénoncé les abus sexuels et l’omerta perpétrés dans l’industrie cinématographique. Une preuve de plus que le spectre du scandale Weinstein plane toujours au dessus du milieu du 7ème art…

Critique The house that Jack built : on a vu le film d horreur qui a scandalisé Cannes #1

C’est dans ce contexte un peu particulier que le réalisateur controversé Lars Von Trier est venu présenté quelques jours auparavant son dernier film : The House that Jack Built. Déclaré persona non grata permanent du festival de Cannes en 2011 après avoir tenu des propos plus que limite sur Hitler, le réalisateur danois s’est vu (un peu) réhabilité cette année, même si cette nouvelle oeuvre n’aura pas eu les honneurs de la compétition officielle.

Critique The house that Jack built : on a vu le film d horreur qui a scandalisé Cannes #2

Présenté avant sa projection comme “insoutenable”, “gore” ou encore “ultra malsain”, le film partait avec une réputation sulfureuse qui ne manquerait pas de susciter des débats passionnés entre festivalier. Cette odeur de souffre aura été renforcée par les premières réactions sur Twitter et le départ d’une centaine de spectateurs pendant la projection officielle du film.

Alors qu’en est-il au final ?

Critique The house that Jack built : on a vu le film d horreur qui a scandalisé Cannes #3

The house that Jack built : le film de Serial Killer ultime ?

The House That Jack built suit le parcours sur 12 ans d’un tueur en série (impressionnant Matt Dillon) au travers de 5 ”incidents” racontés par Jack lui-même à un mystérieux interlocuteur, Verge, avec lequel il entame un voyage aussi mystérieux qu’introspectif.

Dès le départ, la structure narrative du film interroge. Lars Von Trier reprend à l’identique le principe de confessions chapitrées utilisé dans Nymphomaniac. Un schéma qui permet au cinéaste d’épouser totalement le point de vue de son personnage principal.

Jusqu’ici, Lars Von Trier mettait en scène des personnages aux prises d’un monde cruel dans lequel ceux-ci ne trouvaient jamais leur place.
The House That Jack Built passe de l’autre côté et nous place dans la tête la tête d’un serial killer : être cruel, misogyne et dont le manque total d’empathie n’a d’égal que la cruauté des actes qu’il prévoit pour le reste du genre humain.

Critique The house that Jack built : on a vu le film d horreur qui a scandalisé Cannes #4

Quiconque n’a pas envie de suivre un personnage aussi abjecte dans ses questionnements philosophiques sur la nature du mal et la beauté artistique du pourrissement et du meurtre verra certainement en ce film une oeuvre profondément misanthrope et ultra malsaine.
Mais ce serait faire un contresens total du film car à bien y regarder, Lars Von Trier ne cautionne jamais les actes de son personnage. Il va même jusqu’à régulièrement tourner en ridicule ce personnage en moquant ses névroses (comme lors d’une scène assez drôle ou après un meurtre, Jack ne peut s’empêcher de revenir sans cesse sur les lieux du crime car il n’est pas certain d’avoir bien nettoyé).

Critique The house that Jack built : on a vu le film d horreur qui a scandalisé Cannes #5

Un autoportrait en mode ”auto-citation”

Côté violence, on ne peut pas dire que The house that Jack built surpasse la limite du montrable même si le film réserve son lot de séquences chocs (notamment au détour d’une séquence réflexive assez perturbante sur l’art d’empailler). Il est cependant difficile d’y voir plus qu’une provocation un brin gratuite, le réalisateur allant même jusqu’à faire directement référence à la polémique cannoise qu’il a suscitée il y a 7 ans !

Critique The house that Jack built : on a vu le film d horreur qui a scandalisé Cannes #6

Si cette tendance à l’auto-citation fait de The house that Jack built un film somme de toutes les obsessions de Lars Von Trier, elle dépeint aussi un cruel manque de renouvellement de la part du cinéaste qui à force de redondance, finit plus par lasser que choquer.

Point culminant de cette déliquescence : l’épilogue du film, très beau mais aussi très vain car il n’a ni la sincérité, ni la puissance de son modèle Melancholia. Un film trop conscient d’être une oeuvre de Lars Von Trier en somme…

The House that Jack Built n’a pas encore de date de sortie prévue en France.

Bande annonce The house that Jack built

the house that jack built

the house that jack built critique

critiques film: The home that Jack àbuilt

dernier film de lars von trier

Fiche du film The house that Jack built
The house that Jack built

Titre original : The House That Jack Built
Sortie : 29/11/2018
Réalisation : Lars von Trier
Avec : Bruno Ganz, David Bailie, Ed Speleers, plus

L'avis d'ant.rousseau sur The house that Jack built

5/10

The House that Jack Built est une oeuvre somme qui s’interroge sur la place de la monstruosité dans l’art et dresse un auto-portrait plutôt intéressant de la figure controversée et mégalomane de son réalisateur.
Sans être le choc cinématographique (sur)vendu, le film déçoit surtout par son incapacité à aller au delà des tics de mise en scène éculés par Lars Von Trier depuis plusieurs années.
Reste un final très beau mais qui là encore pâlit de la comparaison avec les œuvres précédentes du cinéaste. Dommage…

the house that jack built

the house that jack built critique

critiques film: The home that Jack àbuilt

dernier film de lars von trier

DOSSIERS

the house that jack built

the house that jack built critique

critiques film: The home that Jack àbuilt

dernier film de lars von trier

  Laisse un commentaire
Avatar