Critique Grave : un film franco-belge dévorant

Cine(fil)
14 mars 2017
La Rédaction

Grave commence par le plan très anodin d’une silhouette qui marche sur un bord de route. Il est difficile de dire s’il s’agit d’un homme ou d’une femme à cette distance d’ailleurs.
Et deux plans plus tard, c’est le choc (dont on ne dévoilera pas les détails).

Cette gestion habile du banal et de l’inattendu, Julia Ducournau y aura recours tout au long du film, à diverses échelles : scénaristique, mise en scène et direction d’acteurs.

Critique Grave : un film franco-belge dévorant

Synopsis de Grave

Grave raconte la première année de Justine en faculté de médecine vétérinaire. Végétarienne convaincue, tout comme ses parents et sa sœur aussi présente dans l’établissement, Justine subit le bizutage des premières années et doit ingérer de la viande. Commence alors un mutation, aussi dangereuse qu’irrépressible…

Critique Grave : un film franco-belge dévorant #2

Garance Marillier : la révélation du film

Le visage qui exprime la transformation de Justine est celui d’un ange corrompu, une jeune fille pas encore tout à fait femme qui loin d’avoir les yeux emplis de cruauté pose plutôt sur le monde un regard mélancolique.
Garance Marillier ne se contente pas de jouer juste, elle est la véritable révélation de Grave.

Critique Grave : un film franco-belge dévorant #3

La direction d’acteurs est impeccable, mais Garance Marillier sort du lot en nous prenant de court nos attentes : on la croit apeurée, elle devient séductrice dans la scène suivante. Elle prend goût à sa transformation, la voilà maintenant presque triste de cette révélation, etc.

Grave concentre d’ailleurs toute une séries de thèmes qui auraient pu faire chacun l’objet d’un film en soi : découverte de la sexualité, affirmation de soi, filiation parentale, etc.

Critique Grave : un film franco-belge dévorant #4

Un film de genre (trop) rare qui vient de chez nous

Ce film franco-belge, qui mélange horreur et cannibalisme, fait figure d’ovni dans une filmographie plutôt classique. Il a été présenté pour la première fois lors du dernier festival de Cannes dans la Semaine de la Critique, et dès les premières projections il a commencé à faire le buzz. On a même entendu parler de personnes s’évanouissant dans la salle pendant la projection.

Et quand la réalisatrice confie que les deux réalisateurs qui l’ont le plus influencée sont Cronenberg et Lynch, on comprend mieux d’où vient ce film !

Critique Grave : un film franco-belge dévorant #5

Bande annonce Grave

Avis Grave

Mélange improbable entre Massacre à la tronçonneuse et Psychose, Grave est un film surprenant et imprévisible, que vous aurez plaisir à dévorer … si vous avez le coeur bien accroché !

Avis de La Rédaction sur Critique Grave : un film franco-belge dévorant

8/10
DOSSIERS
  Laisser un commentaire
Avatar