Dimanche 22 Octobre 2017

On a testé pour vous : Pottermore

On vous l’annonçait déjà depuis un moment sur Geek Ô Féminin, mais depuis quelques jours/semaines, l’évènement que tous les fans attendaient a enfin ouvert ses portes : Pottermore est en France et compte déjà quasi 2 millions d’utilisateurs ou plutôt élèves !

565844

Pottermore propose aux fans de poursuivre l’aventure Harry Potter en reprenant via des scènes interactives les tomes du plus célèbre des petits sorciers (chez les adultes, il peut pas test face à Maléfique :p). On commence tout comme dans le bouquin à Privet Drive, le jour où Dumby chéri dépose l’élu encore tout bébé chez les méchants Dursley. Pour naviguer de chapitre en chapitre, Pottermore a développé des décors en flash et en 3 plans, qui révèlent chacun des objets et des secrets inédits écrits par JK. Rowling (je ne vous en dis pas plus, mais ne ratez pas la belle romance de Mac Gonagall ^^).

On a testé pour vous : Pottermore

Là où les choses deviennent intéressantes, c’est quand vous arrivez pour la première fois au chemin de Traverse, vous récupérez votre argent, vous achetez vos fournitures scolaires, bref, un vrai élève de Poudlard qui tue sa tata ! Chez Ollivander, un test de personnalité permettra à votre baguette de vous choisir, et une fois arrivé au château, un nouveau test vous donnera le nom de votre école !!

Votre but sera de faire gagner des points à votre école soit en faisant des duels de sortilèges avec d’autres sorciers des autres « factions », soit en créant des potions. Pour ma part, j’suis une vraie quiche en potion, mais tout ça, c’est rien que de la faute de l’interface ! Car il faut quand même bien l’avouer, leur interface est complètement pourrie. C’est joli, c’est mignon certes, mais alors ça bug, ça rame, les animations faites pour la création des potions plantent souvent, à se demander si le fric mis pour Pottermore est bien proportionnel au pognon que la belle J.K Rowling s’est mis dans les poches.

De même, pour lancer des sortilèges, ça casse pas trois pattes à un canard leur système -.-. Même si j’ai bien conscience qu’il faut être  accessible à tous, y a un minimum syndical quoi. On a l’impression de voir un mini-jeu des années 2000 quand le net en France n’en était qu’à ses balbutiements. Autre chose, c’est une communauté, c’est en ligne, pourquoi ne pas avoir pensé à un système de commerces ? On a fabriqué des potions, faudrait au moins que ça nous rapporte quelque chose non ? Imaginer, je ne sais pas moi, un système de résultat aléatoire en bonus de la potion qui nous permettrait d’accéder à des ressources différentes pour chaque élève et les commercer ensuite avec les autres.

Ce que je regrette maintenant, c’est la dimension sociale beaucoup trop pauvre. Il était annoncé un véritable réseau. Dans Pottermore, il existe juste un mur pour discuter avec les élèves de son école, mais rien de bien transcendant.

Moi qui suis une vraie fan pur jus d’Harry Potter, j’en attendais plus sur les petits secrets. J.K Rowling nous confie sur le site qu’elle avait écrit des tartines sur les autres personnages, des histoires abouties qu’elle n’a jamais publié. Bordel ! Fous les nous sur le site ! On en veut plus là !

Même si l’idée de base est vraiment géniale et révèle ainsi toute la richesse de l’univers imaginé par J.K Rowling,  j’ai trouvé tout ça très très limité. Après avoir kiffé ma ceura le premier jour, je me suis lassée du site dès le 2ème ! C’est vraiment dommage. Attendons néanmoins le déblocage des autres tomes de la saga pour être vraiment fixé sur la roxitude (ou non) de Pottermore.

Rendez-vous sur ce site si vous voulez embarquer dans l’aventure Pottermore à votre tour.

DOSSIERS

Cet article t'a plu ? Suis-nous sur Facebook

  Laisse un commentaire

  • 1
    Nathan Dumbledore Il y a 3 ans

    Merci beaucoup pour cette article qui est a notre attention. J’ai pottermore depuis 1 ans environ mais j’ai paumé mon pseudonyme. :D
    Ciao

Publisher Google+