Lundi 23 Octobre 2017

Eduardo Martins : ce faux-photographe de guerre a berné le monde entier

7/09/17
Gilles Vidotto

Il est, ou plutôt était, beau, jeune, talentueux et surtout courageux. Eduardo Martins, c’est un peu l’histoire d’un caméléon qui a réussi à tromper le monde entier avec son compte Instagram. Lui qui racontait comment il a combattu sa leucémie, faisait face à la guerre et à la pauvreté au Moyen-Orient, n’était qu’une vaste supercherie qui a dupé les plus grands organes de presse.

Eduardo Martins : ce faux-photographe de guerre a berné le monde entier

Qui est Eduardo Martins ?

Edouardo Martins a 32 ans. Brésilien de nationalité il se dit humanitaire, bénévole de l’ONU et reporter de guerre. Sur son compte Instagram edu_martinsp, il postait régulièrement des clichés pris en direct du Moyen-Orient, témoignage de son héroïsme face à la guerre et la pauvreté. Eduardo Martins a attendri le monde entier en racontant comment il a combattu une leucémie étant jeune.

Pour couronner le tout, le jeune homme à la plastique de rêve pratiquait le surf à ses heures perdues…

Et pourtant tout ceci n’est que mensonges ! Eduardo Martins, c’est l’histoire d’une vie inventée et montée de toutes pièces.

Eduardo Martins : ce faux-photographe de guerre a berné le monde entier

Comment le pot aux roses a-t-il été dévoilé ?

La BBC, The Wall Street Journal, Getty Images, Al Jazeera ou encore Vice sont tombés dans le panneau. Vice avait même publié un reportage d’Eduardo Martins traitant des combats des Peshmergas contre Daesh…

Le vice a, pour le coup, été poussé trop loin. Natasha Ribeiro, journaliste pour la BBC Brasil, a souhaité se rapprocher du jeune homme et lui a proposé plusieurs interviews Skype. Martins les a tous refusé prétextant se trouver à Mossoul au cœur des conflits et expliquant que la situation était trop dangereuse pour accepter ces conversations vidéo.

Natasha Ribeiro se rabat, alors, sur deux photojournalistes de guerre brésiliens présents sur le terrain et qui étaient censés accompagner Eduardo Martins. Ces derniers lui font une confession des plus troublantes : ils n’ont jamais vu Eduardo Martins. La journaliste contacte alors l’agence pour les réfugiés de l’ONU et consulte les registres de l’ONG Living Positive.

Car oui Eduardo Martins se présentait comme un bénévole de l’organisation. Il avait posté des photos et avait raconté le quotidien des enfants séropositifs du Moyen-Orient auxquels il venait soi-disant en aide. Elle se rend vite compte qu’Eduardo Martins ne figure dans aucune liste officielle et révèle l’imposture !

Des photos empruntées et photoshopées

Les photos partagées sur Instagram étaient volées au vrai reporter de guerre Daniel C.Britt. Seulement, pour échapper aux radars des moteurs de recherches qui traquent les plagiats, Eduardo Martins changeait l’éclairage de la photo et le cadrage. Mais ce n’est pas tout, l’homme présent sur les photos n’est pas Eduardo Martins, mais un professeur de surf anglais de 32 ans : Max Hepworth-Povey.

Grâce à sa maîtrise parfaite de Photoshop, Eduardo Martins est parvenu à duper les plus grandes agences de photographies internationales. Même si le beau professeur de surf n’a pas porté-plainte contre Eduardo Martins, l’agence Nurphoto a saisi la justice italienne.

Eduardo Martins : ce faux-photographe de guerre a berné le monde entier

Aujourd’hui, Eduardo Martins a supprimé son compte Instagram et a pris la poudre d’escampette. Il a, en effet, expliqué à son galeriste de Sao Paulo avoir pris « la décision de passer un an dans un van à parcourir le monde ».

DOSSIERS

Cet article t'a plu ? Suis-nous sur Facebook

  Laisse un commentaire

Publisher Google+