Lundi 23 Octobre 2017

DollHouse : ou comment une série d’enfer passe à la trappe

Il y a des séries comme ça qui possèdent tous les ingrédients pour faire quelque chose de bien : un scénario original, des bastons, et de multiples rebondissements. On ajoute à ça une Eliza Dukshu dont le rôle a été cousu sur mesure, et des seconds rôles très travaillés et par là-même attachants.  Malheureusement DollHouse, malgré une bonne recette passe complètement inaperçue. Et la 20th Century Fox Television décide d’arrêter la série à la saison 2.
Mais comment explique-t-on cet échec ?

dollhouse_s2_promo5

Le scénar est geekissime. Un laboratoire scientifique spécialisé dans la neurologie trouve le moyen d’extirper la mémoire de notre corps et d’y insérer ensuite la mémoire de quelqu’un d’autre ou un mélange de plusieurs personnalités. Ce laboratoire comprend l’intérêt financier à en tirer. Ils créent les Dollhouse (maisons de poupées), des centres dans lesquelles des personnes donnent leur corps pour un contrat de 5 ans.

Les centres vont donc utiliser ces personnes changeant leur mémoire à l’infini pour remplir des engagements avec des personnes très très riches qui veulent souvent des choses pas très très catholiques. A  la fin de chaque engagement, la mémoire est effacée et la poupée oublie tout pour garder une mémoire résiduelle d’un enfant de 4 ans jusqu’au prochain engagement.

C’est bon je ne vous ai pas encore perdus là ?

Parce-que ce n’est que le début ! Car les maisons de poupées ne sont que la pointe de l’iceberg, le laboratoire a de plus sombres desseins, et Eliza Dukshu dans le rôle d’Echo a également une particularité neurologique qui va mettre le chaos dans tout ce beau monde.

dollhouse

Cette série est addictive comme un bon Naruto. A la fin de l’épisode « Viiiiiiiiiiiiiiiiite on met l’autre !!! » si bien que tu éteins fébrilement ta tv à 5 heure du mat avec un petit sentiment de frustration. La complexité de l’héroïne et son instabilité nous entraîne dans des situations qui ne tiennent qu’à un fil où nous attendons le moment fatidique où tout va péter.  Dollhouse joue sur les émotions du spectateur les amenant parfois dans le malsain, le drôle, ou le romantique.

Bref, tout y était pour que ça marche, mais les américains en ont décidé autrement en arrêtant la série par manque d’audience. Pour ne pas décevoir les fans ils ont tout de même poussé la série jusqu’à la deuxième saison pour assurer une fin digne de ce nom. Sans être transcendante, la chute reste correcte bien qu’un peu rapide. Deux épisodes néanmoins pourront vous perturber en fin de saison 1 et 2 nous entraînent 10 ans plus tard en plein chaos. Ces deux épisodes à saison différente sont tous les deux liés et vous surprendront par leur manque soit d’intérêt, soit de cohérence.

Bande annonce Dollhouse

DOSSIERS
Planning complet Séries TV

Cet article t'a plu ? Suis-nous sur Facebook

  Laisse un commentaire

Publisher Google+