Community : la série bientôt culte en France

Il y a des séries comme ça, où dès le premier épisode, tu sens que ça va être dans le top 3 de tes séries préférées non parce-que l’histoire est plus originale qu’une autre ou que les acteurs sont hyper célèbres !
Non, si Community, créée en 2009, est en passe de devenir une série culte, c’est grâce à toute l’originalité, l’absurdité et la drôlerie dont les scénaristes, comédiens et réalisateur ont su faire preuve.

community

Community College : la fac de tous les losers

Jeff est un avocat radié du barreau pour tricherie aux examens. Anciennement jeune trentenaire, cadre dynamique, beau gosse, sur de lui et aisé, Jeff doit tout recommencer pour obtenir un vrai diplôme. Il se retrouve donc dans une faculté publique entouré de losers, de cas sociaux, et des plus gros glandouilleurs que composent la fière Amérique. Aux seules fins d’attraper dans ses filets la jolie, marginale et pseudo-rebelle, Britta (oui comme les carafes filtrantes), Jeff crée un faux groupe d’étude espagnole, qui va se remplir bien malgré lui d’une bande de losers prêts à tout pour obtenir leur diplôme. Le groupe se compose de Shirley, quarantenaire maman et célibataire qui prend une revanche sur sa vie de merde, de Pierce le retraité, d’Annie la première de la classe névrosée, de l’ancien quaterback populaire Troy, et d’Abed, qui mériterait à lui tout seul une série tellement son personnage est complètement barré.

Une série générationnelle

Nous suivons donc le parcours de cette bande de déglingués du ciboulot dans leur quotidien. Si au départ, chacun est venu pour obtenir leur petit bout de papier, ils vont apprendre au cours des épisodes qu’au-delà d’un diplôme, l’important au cours du voyage initiatique qu’est l’université, est d’en apprendre plus sur soi-même et de gagner en confiance.

medium_38748923b66552dd28bfa1180495461e

Ils vont donc faire front ensemble et se lier d’amitié les uns les autres pour atteindre leurs objectifs. L’intérêt de la série réside dans son ambiance grotesque et décalée. Même si la plupart des scènes frôlent l’absurde, le plus drôle se trouve dans le nombre incalculable de références à des films, dessin-animés, séries cultes entre les années 80′s jusqu’à aujourd’hui. Il n’y a pas un épisode qui ne soit pas doté d’une scène parfaitement mémorable, et leur durée plutôt courte (format 20 minutes), permet de vous divertir sans ressentir longueur ou ennui.

Parce-qu’elle est drôle, et parce-que tout le monde y trouvera son chouchou auquel s’identifier, Community est une série que je recommande chaudement à tous les amoureux des séries américaines comme on en a plus fait depuis Scrubs.

DOSSIERS
Planning complet Séries TV

Cet article t'a plu ? Suis-nous sur Facebook

  Laisse un commentaire

Publisher Google+
Des Transformers grandeur nature

Fermer