Vendredi 22 Septembre 2017

Critique Breaking Bad Saison 1

Il y a quelques temps je vous parlais d’une série que j’appréciais tout particulièrement par ce qu’il y avait le papa de Malcolm dedans (Bryan Cranston). Et voilà qu’une bonne fée m’apporte la saison 1 en DVD (sortie le 19 janvier dernier). Ni une ni deux je fonce sur mon mange disque et c’est parti pour sexe, drogue et rock’n’roll (enfin c’est plus Cancer, drogue, et parano ).

breaking-bad-logo-2

Petit rappel de la situation

Hank, grand génie de la chimie déchu, enseigne dans un petit collège merdique du Nouveau Mexique. Il vit avec sa femme enceinte Skyler et son fils handicapé Walter Jr. Pour subvenir aux besoins de sa famille il cumule deux emplois, malheureusement pour lui (pour nous c’est le début d’un truc de malade) à la suite d’un malaise on lui diagnostique un cancer des poumons de la mort qui tue (oui avec autant de bol il a dû casser une tonne de miroirs avec son landau).

L’argent n’a pas d’odeur, même pas celui de la meth

Prise de conscience pour notre cher Walter, il lui faut un max de billets verts pour faire un joli matelas à sa femme et ses enfants avant de mourir. Comme le hasard fait bien les choses le beau frère de Walt (pas Disney on parle toujours du chimiste) fait partie de la DEA (prononcez le Di Hi Hey! en gros la section anti-drogue des ricains), et l’emmène sur une de ses interventions. C’est à ce moment là qu’il retrouve un de ses anciens élèves devenu petit chimiste de « met », ni une ni deux notre petit Walt s’embarque dans le cercle très sombre de la drogue. Et hop un slip, un camping car et un désert, l’aventure de Breaking Bad commence !

breaking-bad-season-1-chem

Que dire de cette première saison si ce n’est que l’on découvre Bryan Cranston sous un nouveau jour, son jeu d’acteur est fantastique et il sera d’ailleurs récompensé à de multiples fois aux Golden Globes. Rien qu’au cours de cette première saison on voit déjà le personnage évolué de manière subtile vers un nouveau personnage que ni lui ni sa famille ne veulent connaître.

Sur les dvd on retrouve pas mal de bonus, scènes coupées, commentaires du réalisateur et de l’équipe etc … il y a une option intéressante dans tous les dvd c’est la possibilité de regarder les épisodes à la chaîne, idéale pour une soirée sans bouger du canapé. Mais ce que j’ai vraiment aimé, c’est le menu assez classe qui vous rappellera non sans nostalgie votre vieux tableau de Mendeliev !

1844480_640px

L’enregistrement sonore est bon tout comme le doublage (on a le droit à la voix officielle de l’ex-papa Malcolm) et les zinglish regarderont le dvd avec la deuxième langue dispo. Toutefois, au niveau de l’image il y’a un grain assez présent. Malgré l’upscaling plutôt bon de mon lecteur Bluray rien à faire le grain est toujours là, mais à sa décharge, mon écran est plutôt très grand (ça doit pas aider ^^’).

Tout ça pour dire que vous pouvez acheter (télécharger cay le mal ! et fumer pue !) le coffret DVD les yeux fermés (il faut compter une bonne vingtaine d’euros sur les gros sites du net), le blu-ray n’étant dispo qu’aux USA.

Planning complet Séries TV

Cet article t'a plu ? Suis-nous sur Facebook

  Laisse un commentaire

Publisher Google+